Qu’est-ce qu’une langue en danger ?

Image by Alan Levine via https://www.flickr.com

En 1992, Michael Krauss a lancé un cri d’alarme à la communauté internationale lorsqu’il affirmait que la moitié des 6 000 langues parlées dans le monde pourrait disparaître avant la fin de ce siècle. Ce cri d’alarme, comme on dit en anglais, went viral, dans le monde de la recherche ainsi que dans le grand public. Et lorsqu’on parle des langues en danger, on est obligé d’en faire référence.

Mais, en gros, qu’est-ce que cela veut dire qu’une langue va à disparaître ? Krauss, en s’inspirant du domaine de la biologie, a comparé les langues en danger aux espèces biologiques en voie d’extinction. Dans les deux cas, le nombre « d’espèces » (locuteurs) et le taux de « reproduction » (transmission de la langue) va à déterminer le degré de mise en danger des langues. Plus une langue a des locuteurs, plus elle est susceptible de se transmettre et de ce fait moins elle est en danger. Par contre, les langues sans transmissions [they] are already doomed to extinction, like especies lacking reproductive capacity (Krauss 1992: 4).

On sait bien aujourd’hui que les langues n’ont aucun rapport avec les organismes biologiques et que, de ce fait, on ne peut pas faire une analogie valable entre espèces et langues. Car les deux correspondent à des réalités bien différentes. Bien que critiquée, la définition de Krauss avait surtout l’intention de faire connaître cette thématique auprès de la communauté internationale (pas que les linguistes), c’est qu’il a d’ailleurs réussi de faire.

Joshua Fishman avec son ouvrage Reversing Language Shift a de même abordé la mise en danger des langues. Pour lui, il n’était pas question de dire si une langue était en danger ou pas. Il fallait aller plus loin et tenter évaluer la vitalité des langues en comprenant les dynamiques du renversement linguistique (language shift) ainsi que l’inversion de ce déplacement (reversing language shift). Pour ce faire, il a formalisé une des premières grilles d’évaluation qu’il a appelé Graded Intergenerational Disruption Scale (désormais GIDS). Au cœur de cette grille échelonnée sur 8 niveaux, se trouvait la transmission intergénérationnelle (transmission des parents aux enfants). En plus de la transmission, Fishman prenait en compte des autres critères comme l’usage de la langue, la présence de celle-ci dans les médias et l’éducation ainsi que l’âge des locuteurs.

Jusqu’ici on a vu quelques pistes pour définir les langues en danger : le nombre et l’âge des locuteurs, la transmission intergénérationnelle de la langue, l’usage de la langue et la présence de celle-ci dans différents domaines. Or,  je n’ai pas proprement utilisé aucune définition des langues en danger. Si le lecteur s’attendait à une définition simple, objective et indiscutable des langues en danger, je regrette de vous informer que vous ne la trouverez pas ici. Or, on peut quand même voir comme point de départ une définition générale proposée par l’UNESCO :

 

Une langue est en danger quand elle est en voie d’extinction. Elle est mise en danger lorsque ses locuteurs cessent de la pratiquer, réservant son usage à des domaines de plus en plus restreintes, et qu’elle ne se transmet plus de génération en génération. Autrement dit, il n’y a plus de nouveaux locuteurs, que ce soit chez les adultes ou les enfants.

 

On voit bien dans la définition de l’UNESCO des éléments repris de l’échelle de Fishman. Or, pour aboutir à cette définition, les experts de l’UNESCO ont élaboré une grille d’évaluation (oui je sais, encore une autre grille !) dans le but de mesurer le degré de vitalité ou d’érosion linguistique. La grille est composée de 9 facteurs notés chacun sur une échelle de 0 à 5. Il s’agit d’une échelle complexifiée par rapport aux propositions de Krauss et de Fishman.

Grille d'évaluation de l'UNESCO

Grille d’évaluation de l’UNESCO

L’UNESCO précise d’ailleurs qu’« aucune facteur ne permet à lui seul d’évaluer le degré de vitalité […]» car « on ne peut pas évaluer une langue en se contentant d’additionner les chiffres indiquées […] ». La complexité ne s’arrête pas là car The Summer Insitute of Linguistics (connu comme la SIL) a développé aussi sa propre grille d’évaluation (décidément #OnAimeBienLesGrilles). Cette grille échelonnée sur treize niveaux vise à reprendre, affiner et perfectionner les modèles de Fishman et celui de l’UNESCO. De plus, cette grille intègre la revitalisation linguistique qui n’était pas prévue dans les modèles précédents.

Conclusion

En conclusion, les langues en danger comme objet d’étude présentent multiples caractéristiques que parfois on ignore au profit de la simplicité, surtout dans le traitement que le grand public et les médias font du sujet. La mise en danger des langues est un phénomène complexe qui échappe à des explications et définitions simplistes et unidimensionnels.

Le nombre des locuteurs est le critère le plus évoqué par le grand public. A maintes reprises on a entendu qu’il y a une langue avec seulement XX locuteurs dans un village au milieu de la jungle et qu’en plus ils ne parlent pas entre eux! Or, on peut se demander si 100 locuteurs sur une population de 150 habitants est comparable à une langue avec 700 000 locuteurs sur une population de 120 millions d’habitants. On voit que l’échelle n’est pas la même et que le numéro des locuteurs n’est pas à lui seul un critère définitoire.

De même, on sait que la transmission intergénérationnelle est un critère très important. Par exemple, la plupart des projets de revitalisation linguistiques actuellement vise à la rétablir. Une langue sans transmission est certes menacée de disparition dans le futur si cette dynamique ne change pas, mais l’âge des locuteurs joue aussi un rôle central. Une langue qui ne se transmette pas mais dont les derniers locuteurs sont des jeunes de 20 ans n’est pas comparable à une langue dont les derniers locuteurs appartient à la génération des grand parents.

Pour compliquer encore cela, on a la mauvaise habitude de ne pas parler que de transmission des langues premières. Celle-ci cache l’énorme diversité des situations possibles dans des contextes plurilingues où les enfants acquièrent deux ou plus de langues au même temps ou une après l’autre. Encore pire, il y a des cas documentés en Australie dont les personnes acquièrent des langues tout au long de leur vie (Evans 2001). Et quoi dire des langues rituelles transmises à une âge tardive par des apprentis chamans. Comment alors rendre compte de ces faits lorsqu’on parle des langues en danger ?

Il s’agit d’une des questions centrales de cette thématique à laquelle les chercheurs doivent se confronter sur le terrain. Dans cette post, je n’ai pas réussi à définir les langues en danger, mais au contraire j’ai réussi à donner quelques pistes d’analyse possibles. Or, je peux avancer que les langues en danger ne sont pas des objets fixés dans le temps et l’espace dépourvus des locuteurs et d’un contexte sociopolitique. Elles ne sont non plus des espèces biologiques qui naissent, grandissent et meurent. De ce fait, elles ne meurent pas dans le sens biologique du terme.

Ceci dit, il serait très simpliste (et naïve) d’envisager que la disparition d’une langue est provoquée, dans un sens darwinien, par  le manque d’évolution ou d’adaptation de celle-ci. Dans d’autres termes, on aurait tort de chercher des explication évolutionnistes ou déterministes pour expliquer un phénomène si complexe et qu’en plus n’est pas analogue aux espèces biologiques. Il n’est pas alors « naturel » que les langues disparaissent car elle ne sont pas des entités « naturelles » dans le sens biologique du terme. Les causes liées à l’origine de la disparition des langues sont encore moins « naturelles » car elles correspondent à des facteurs multiples et pas du tout « naturels » (politiques, économiques, psychologiques, etc.) au sein de nos sociétés.

 

Bibliographie

Evans, Nicholas. 2001. « The last speaker is dead ? Long live the last speaker! » In Linguistic Fieldwork, par Paul Newman et Martha Ratliff editors, 250‑81. Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Fishman, Joshua A. 1991. Reversing Language Shift: Theoretical and Empirical Foundations of Assistence to Threatened Languages. Multilingual Matters.

Groupe d’experts spécial de l’UNESCO sur les langues en danger. 2003. « Language vitality and endangerment ». Disponible

Krauss, Michael. 1992. « The world’s languages in crisis ». Languages 68 (1): 4-10.

Lewis, Paul, M., et Gary F. Simons. 2010. « Assessing endangerment: Expanding Fishman’s GIDS ». Revue Roumaine de Linguistique 55 (2): 103-20.

 


Jhonnatan Rangel

I am a PhD candidate at the INALCO-SeDyl (CNRS) in Paris. My research focuses on language variation in Ayapaneco, a critically endangered language in the south of Mexico. Doctorant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et sous la tutelle du laboratoire Structure et Dynamiques des langues (SeDyl) du CNRS. Mon projet de recherche porte sur la variation linguistique dans le zoque ayapaneco, une langue en danger au Mexique.

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/12/2016

    […] En 1992, Michael Krauss a lancé un cri d’alarme à la communauté internationale lorsqu’il affirmait que la moitié des 6 000 langues parlées dans le monde pourrait disparaître avant la fin de ce siècle. Ce cri d’alarme, comme on dit en anglais, went viral, dans le monde de la recherche ainsi que dans le grand public. Et lorsqu’on parle des langues en danger, on est obligé d’en faire référence. Lire la suite […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.