Mes lectures pour les vacances de noël

Les vacances de noël ont finalement commencé, ce qui veut dire que Santa Claus is coming to town ! Mais plus importante que cela c’est le fait que le monde de la recherche prend quelques jours de congé.

Alors pour bien profiter de ces jours de congé je propose une lecture agréable et pertinente pour tous ceux qui font du travail de terrain dans une communauté. Il s’agit de L’herbe du diable et la petite fumée de Carlos Castaneda.

Le titre original de ce livre est The teachings of Don Juan a Yaqui Way of Knowledge et a été publié en 1968 par l’Université de Californie. Ce livre a été écrit par Castaneda dans le cadre de sa thèse en anthropologie à l’Université de Los Angeles. Son projet de thèse était d’étudier les plantes médicinales, plus particulièrement les plantes hallucinogènes comme le peyotl,  utilisées pour les Indiens du Sud-Ouest des Etats-Unis et Nord du Mexique. L’orientation de sa thèse a dû changer lors qu’il a fait la rencontre d’un fascinant chaman Yaqui (Nord Sonora au Mexique) qui va mettre au défi le regard que Castaneda a sur son travail de recherche et sur sa propre conception du monde. Dans un sens large, l’objet d’étude a fini pour changer complètement le chercheur.
Il va mieux que je m’arrête là sinon je vais tout raconter (spoiler alert !). Voici quelques bons passages du livre :

Sur le concept d’apprentissage dans une société non occidentale.

Apprendre en parlant n’est pas seulement une perte de temps mais une stupidité, car apprendre est la tâche la plus ardue qu’un home puisse entreprendre. Page 10.

Sur comment un système n’est pas cohérent qu’au sein de lui-même.

J’ai découvert que l’on m’avait enseigné un système cohérent de croyances au moyen d’une méthode expérimentale et pragmatique…l’enseignent de don Juan possédait une cohérence interne…Découvrir cet ordre, le comprendre, voilà ce qui allait se révéler le plus difficile pour moi. Page 43.
Il devenait alors évident que le savoir de don Juan devait être examiné dans les termes mêmes qui lui permettaient de les comprendre. Page 44.

Sur l’effet du peyotl et sur les doutes du chercheur vis-à-vis sa recherche.

Sans doute je n’étais-je pas fait pour ce genre de recherche. Le peyotl avait produit chez moi après coup un malaise physique curieux. Je me sentais malheureux, et en proie à une peur vague ; une sorte de mélancolie que je ne pouvais pas définir exactement. Et je ne voyais rien de sublime à cet état. Page 78-79.

Sur la démarche d’acquis de connaissances.

Le savoir est toujours inattendu. Chaque étape soulève une nouvelle difficulté, et la peur commence à envahir l’homme impitoyable, opiniâtre. Il devient comme un champ de bataille. Page 122.

Ce livre nous invite à nous interroger vivement, en tant que chercheurs, sur notre préjugés lors qu’on fait travail de terrain avec de personnes ayant une conception du monde très différentes à la nôtre. En tant que linguistes, nous avons à priori un point de vue sur les langues et sur les locuteurs. Est-ce qu’on sera ouvert à d’autres points de vue même s’ils sont en apparent conflit avec celles de nos sociétés ? Castaneda a dû faire face à ce défi (dans le champ de l’anthropologie) lors de son propre travail de recherche et il raconte cet processus de mise en question magistralement dans ce livre.

La véracité du livre a été mise en question à maintes reprises, jusqu’au point que certains pensent qu’il s’agit d’une histoire fictive. L’identité de Castaneda a été même contesté, ce qui contribue à la mythification du livre et de l’auteur. Quoi qu’il en soit, ce livre est issu d’une thèse soutenue laquelle est devenue un Best Seller depuis sa publication. Il s’agit peut-être de la thèse la plus lue dans l’histoire des Sciences Humaines et Sociales. C’est le rêve la diffusion et la vulgarisation scientifique. A nous d’essayer quelque chose de pareil!

 castaneda


Jhonnatan Rangel

I am a PhD candidate at the INALCO-SeDyl (CNRS) in Paris. My research focuses on language variation in Ayapaneco, a critically endangered language in the south of Mexico. Doctorant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et sous la tutelle du laboratoire Structure et Dynamiques des langues (SeDyl) du CNRS. Mon projet de recherche porte sur la variation linguistique dans le zoque ayapaneco, une langue en danger au Mexique.

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jordan dit :

    Interesting quote selections (I especially liked the perspectives on non Western education), and connections to linguistic fieldwork. Sounds like a book to add to the 2016 reading list!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.