Mes lectures pour les vacances d’été

Les vacances d’été ont officiellement commencé! Au moins pour la plupart du monde autre que les thésards. Les vacances sont toujours une bonne opportunité pour changer un peu les idées (même pour les thésards). La lecture permet de faire cela sans beaucoup dépenser (encore même pour les thésards!). En tant que chercheurs à temps complet on pourrait vite culpabiliser de lire Danielle Steel ou 50 nuances de Grey tandis qu’on déguste un bon mojito sur la plage. Alors, pour éviter cette stade de culpabilisation voici une  lecture agréable qu’au même temps permet d’apprendre quelque chose ainsi que de réfléchir sur notre travail de recherche en sciences humaines sociales. Il s’agit de Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss. Voici mes passages préférés:

Sur la portée de l’ethnologie.

L’ensemble des coutumes d’un peuple est toujours marqué par un style; elle forment des systèmes. Je suis persuadé que ces systèmes  n’existent pas en nombre illimité, et que les sociétés humaines comme les individus -dans leur jeux, leurs rêves ou leurs délires- ne créent jamais de façon absolue, mais se bornent à choisir certaines combinaisons dans un répertoire idéal qu’il serait possible de reconstituer…  (page 205)

Sur une langue rituelle.

Ensuite venaient les guerriers, parmi lesquels les meilleurs étaient admis, après initiation, dans un confrérie qui donnait droit au port de noms spéciaux et à l’emploi d’une langue artificielle formée par l’adjonction d’un suffixe à chaque mot, comme dans certains argots. (page 206)

Sur la notion du temps dans d’autres cultures.

Je pris là ma première colère, qui ne devait pas être la seule. Mais il faudra d’autres déceptions pour comprendre que la notion du temps n’avait plus de place dans l’univers où je pénétrais. (page 309)

Sur le relativisme culturel.

Les autres sociétés ne sont peut-être pas meilleurs que la notre; même si nous sommes enclins à le croire, nous n’avons à notre disposition aucune méthode pour le prouver. A le mieux connaître, nous gagnons pourtant un moyen de nous détacher de la notre, non point que celles-ci soit absolument ou seule mauvaise, mais parce que c’est la seule dont nous devions nous affranchir: nous le sommes par état des autres. (page 470)

Tristes tropiques est un bel exemple d’écriture d’un carnet de terrain réussi. L’écriture de Claude Lévi-Strauss aboutit à quelque chose entre récit de voyage et vulgarisation scientifique.

Dans une démarche constructiviste,  l’auteur articule ses réflexions sur la société à partir de ses observations du terrain, observations qu’il essaye ensuite d’élargir. Avec tristes tropiques, l’auteur nous fait voyager aux origines de l’ethnologie contemporaine.tristes


Jhonnatan Rangel

I am a PhD candidate at the INALCO-SeDyl (CNRS) in Paris. My research focuses on language variation in Ayapaneco, a critically endangered language in the south of Mexico. Doctorant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et sous la tutelle du laboratoire Structure et Dynamiques des langues (SeDyl) du CNRS. Mon projet de recherche porte sur la variation linguistique dans le zoque ayapaneco, une langue en danger au Mexique.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.